L’ESPACE EST UN BOUQUET DE FLEUR


projet "L'Espace est un bouquet de fleurs"



L'Espace. L'Espace interstellaire et ses confins, un endroit toujours sous le regard ; mais qu'évoque t-il et comment s'explique t'il par tout un chacun ? Au delà des savoirs individuels ou scientifiques existe une frontière, celle de l'ignorance. C'est là, au bord des connaissances que s'invente de splendides explications, des utopies et des rêveries d'astronautes de Terre. Ces visions de ce qu'est l'Espace seront recueillies au cours de rencontres et mises en valeur pour créer une sorte de kaleidoscope d'imaginations intimes et poétiques. Finalement cette pièce radiophonique sera le résultat joyeux d'une "ignorance poétique".


Résumé de la note d'intention

C'est un projet mettant en avant la richesse des imaginations. L'idée qu'en chaque représentation des uns et des autres au sujet de l'Espace et de ses questionnements métaphysiques sommeille une poésie, une mystérieuse capacité à inventer des explications surprenantes et poétiques. Une "ignorance poétique" pourrait-on dire qui nourrit l'imaginaire.

Au travers d'interviews d'enfants et d'adultes, de citadins et de ruraux ou de professionnels scientifiques comme au travers de commentaires personnels, rêveurs et solitaires, ce projet se veut un bouquet de fleurs de pensées ingénieuses et sans limites, un recueil de paroles parfumées d'utopie et d'inouïes.




Note d'intention



- L'Espace et l'Ignorance


L'Espace. Ces étendues visuelles insaisissables et pourtant à la portée de tout regard. l'Espace. L'inouï permanent qui reste accroché comme une banalité quotidienne au dessus de nos têtes et de nos esprits. L'Espace, et ce ciel rempli d'étoiles troublantes et mystérieuses que chacun peut admirer à loisir.


Enfin, l'Espace, tel qu'on l'imagine, tel qu'on le comprend ou qu'on le questionne du haut de ses connaissances ou du haut de ses ignorances. Oui, l'Espace et l'ignorance, voilà ce qui nous rassemble.


Du scientifique au curieux ou à celui qui ne s'y intéresse pas vraiment, l'ignorance traverse les esprits et les intelligences, elle la traverse à différents niveaux de savoir ou de contexte mais reste comme une frontière ultime, commune et partagée. Il y a un moment où plus personne ne sait et où l'on commence à imaginer, à égalité.

Et c'est sur cette frontière que nait la poésie. Celle qui cherche à comprendre par l'imaginaire et l'invention, celle qui s'accroche à d'autres fondements pour appréhender l'inconnu et l'incompréhensible, le merveilleux et l'inquiétant.

C'est une poésie du quotidien, une poésie populaire, personnelle, une poésie de bricolage, articulée par les peurs ou les envies, les rêves ou les psychologies, parfois les croyances, souvent la contemplation.

C'est une poésie fleurie par les vocabulaires et les environnements culturels de chacun, une poésie de poche pour se fondre dans ces immensités aux questions sans fins.


En chaque personne réside une clef pour être au Monde. Cette clef est faite de mots et de représentations intellectuelles, mais aussi et surtout d'invention et d'imaginaires. Des créations débridées sans limites, sans contraintes qui font de chacun un inventeur du Monde dans lequel il vit.



- Cueillir les paroles et les visions



Il s'agit de butiner au micro ces incroyables et uniques conceptions.

Baguenaudant dans les rues, rencontrant tel ou tel, flirtant avec le scientifique, le religieux, l'agnostique ou le vendeur de gaufres, ce projet veut recueillir des fleurs, il veut se nourrir avec empathie et sympathie de ces ingénieuses idées autour de l'Espace. Ce projet veut mettre en lumière l'immensité des Mondes inventés par chaque pensée, par chaque personne qui donne du temps et de soi pour expliquer ce qu'il imagine être l'Espace.



- Son et dimension



"L'Espace est un bouquet de fleurs" se verra, en plus des interviews, des libres discussions et des commentaires personnels (sorte de voix off de nature philosophique), soutenu par une création sonore. Une musique de paysage faite de sons abstraits et de quelques mélodies, privilégiant la musicalité des paroles à la narration musicale.

Les héros ce sont les mots recueillis et ce qui s'y glisse entre. Les sons seront là, oui, le silence aussi, complice, mais pour mieux les mettre en valeur, pour mieux les lier et les sertir.






- L'idée, l'envie et les enjeux



L'idée de cette création est née d'une passion pour l'aspect scientifique de l'Espace, pour la composition électroacoustique, mais aussi de ce plaisir sans cesse renouvelé de découvrir les inventions étonnantes que chaque personne peut raconter.


Ce plaisir profondément ancré et utilisé depuis longtemps (p ar touches de ci de là dans une multitude de créations) a été confirmé artistiquement et entièrement par un autre projet spécifiquement élaboré autour d'interviews, de commentaires, d'images et de musique. Il s'appelle "Périphérie", et a été monté par Gabriel Fabing et la Cie Blah Blah Blah. C'est une sorte de balade "candide" dans une ville pour en définir le dessin sonore et visuel.

Dès le début de cette création la parole est devenue primordiale pour finalement être celle qui définit la couleur d'une Ville.


Le recueil et l'utilisation de ces voix en était donc le cœur et a mis en avant la nécessité d'aller plus loin, de chercher encore plus profondément comment intégrer la voix et la parole, ce matériau poétique et intellectuel, à une narration sonore, pour aboutir à une proposition artistique plus large que le sens des mots dits.


C'est l'Humain qui dessine les choses. Voilà pourquoi je désire dorénavant approfondir ces possibilités et mettre en avant les immenses horizons fertiles que la pensée captée dans la Rue met en mouvement.



- YouTube de "Périphérie" dans la citadine Metz : www.antoinearlot.fr – rubrique « Périphérie »

- YouTube de "Périphérie" dans le rural Boulay : www.antoinearlot.fr – rubrique « Périphérie »

- Exemple de "commentaire personnel", le cimetière de Boulay : www.antoinearlot.fr – rubrique « Audionaturalisme humain » - dans Vrac.



Enfin il est intéressant de noter que la nature finale de "L'espace est un bouquet de fleurs" dépendra en grande partie de ce que les interviewés on dit. C'est donc une composition dont la couleur se déterminera au fur et a mesure des captations et des rencontres.

Il y a là une manière d'improvisation qui rend le projet vivant et lié aux hommes et femmes qui vont parler.



- Instrumentarium



Ce sont les ustensiles qui vont mettre  toutes ces captations en suspension, qui vont inscrire dans le temps les voix et discours pêchés de ci de là. Un ensemble de sons électriques ou concrets (captations naturelles, industrielles ou autre selon l'air du temps) et les deux saxophones barytons et alto, soit comme fabricants de notes et de mélodies, soit comme producteurs de sons abstraits.

C'est, il faut le dire, une vision acousmatique des choses.



- Exemple de nature de musique électroacoustique qui sera utilisée (ici improvisée) : www.antoinearlot.fr – rubrique « Musique&Lectures » - dans « Les Closeries ».


- Exemple de saxophone (ici improvisé également) : www.antoinearlot.fr – rubrique « Musique » - dans « aa seul ».



- Audionaturalisme des imaginations humaines



Ou comment se projet sui generis se distingue d'un reportage ou d'une pièce radiophonique, tout en y empruntant quelques codes, par la volonté d'une composition hybride, mêlant les propositions spontanées des personnes interrogées, la greffe d'une réflexion personnelle et par l'utilisation d'éléments sonores autant issus de la réalité que complètement crées par l'utilisation d'un instrumentarium propre.

Il s'agit bien de concevoir le paysage des imaginations humaines autour de cette question qu'est l'Espace. Une sorte d'immersion dans l'amas des visions et des perspectives, un kaléidoscope sans histoire narrative apparente mais qui se cristalise autour d'une interrogation fondamentale.



- Bienveillance des rencontres



Ce projet ne pourrait s'inventer sans cette donnée. La prise en compte de la parole d'autrui comme une merveille à part entière. Sans jugement ni hiérarchisation, simplement telle quelle, dans son intimité et sa générosité. L'utilisation des paroles attrapées comme autant de materiaux de grande valeur. Après tout, c'est un don, une confiance mise à disposition que de donner sa voix et ses pensées à la construction d'un objet artistique.



- L'Art et la Politique



Pour terminer, ce projet me tient à cœur car il est fait d'un processus. Celui qui consiste (peut être comme Luc Ferrari) à s'éveiller au Monde tel qu'il est. Un Monde fait de personnes que je considère toutes comme extraordinaires. En cela c'est un projet politique. Une prise de position artistique de l'émerveillement que génère les inventions de tout un chacun, et, plus en aval, de la beauté du Monde dont chacun est possesseur.



photographie du Champ Profond de Hubble - où l’on voit les plus jeunes et les plus éloignées des galaxies, à 12 milliards d’années lumière (info)

photo à contre-jour de Pluton par la sonde New Horizon (info)